Anima Restaurant
 
anima-website-39.jpg

Anima

une histoire simplE



anima-website-35.jpg

LA passion d'une Italie plurielle

Anima raconte une histoire simple, une de celles qui parlent au cœur et qui ont avoir avec l’âme. Derrière ce nom, on ne trouve pas plus de concept que d’idées reçues mais un sens certain du détail, une passion pour l’histoire comme la géographie d’une Italie dans sa vérité et dans ses particularismes, une Italie plurielle.

anima-website-5.jpg

Au départ, il y avait l’envie d’un premier restaurant pour l’un, un énième pour l’autre, mais pas n’importe lequel. Nous voulions rendre hommage aux traditions mais aussi inscrire cette cuisine dans la modernité. Pour cela, notre ami chef Simone Tondo nous a mis sur la voie de son ancien second, Matteo Testa, un piémontais passionné de cinéma mais avant tout amoureux de la chère, respectueux des produits et des saisons, pour qui « bon, propre et juste » font sens à l’instar de Carlo Petrini.

anima-website-13.jpg

inscrire une Histoire dans la modernité


anima-website-100.jpg

anima-website-40.jpg

rendre hommage aux traditions

L’ami Gennaro Nasti nous a lancé, quant à lui, sur les traces de Stefano Ferrara à Naples, l’artisan depuis trois générations de ce four à pizza émaillé qui fait battre le cœur de ce lieu que nous avons voulu Rive Gauche exposé au soleil de midi, justement rue du Cherche-Midi.


anima-website-1.jpg

Parfois, les planètes s’alignent

Nous ne pouvions rêver meilleur lieu que cet ancien atelier de tapisserie dont nous avons gardé la structure industrielle, les grandes baies en verre cathédrale, le parquet à lattes ou le carrelage d’époque formant tapis mais nous y avons choyé l’acoustique et tamisé l’éclairage pour que la compagnie soit la plus agréable possible. Dans ce décor passé au noir et éclairé par la blancheur d’un comptoir de marbre calacatta, dont une collection de succulentes aux cimaises vient rappeler les veines verdoyantes, nous avons tendu au mur un tissu au motif signé Gio Ponti comme unique œuvre d’art en hommage au tapissier, dernier occupant des lieux. 

Parfois, les planètes s’alignent comme par magie et les souvenirs reprennent des couleurs. Le vieux menu illustré de la Locanda Maggiore daté de 1906 et trouvé aux Puces revit, les paroles de la chanson interprétée par Lucio Battisti se fredonne à nouveau. L’histoire prend un tour que nous n’aurions pas imaginé ni même osé souhaiter, elle se fait alors évidence. Elle nait de la volonté d’une bande de copains animée de sentiments communs et porteuse des mêmes envies, elle vient d’une belle amitié née autour d’une tasse de ce café Giamaica que plus personne ou presque ne peut encore se procurer et dont on aime à regarder avec gourmandise les coulures tapisser le fond de la tasse. Ce qui passerait chez certains pour un détail veut au contraire dire beaucoup pour nous tout comme notre pain au levain en provenance de chez Ten Belles Bread.

 

de l’attention

Si nous avons sourcé avec le même soin chaque matière première, chaque flacon d’une cave qui fait la part belle aux vins natures et biologiques, nous n’avons pas pour autant cherché à collectionner les noms de nos producteurs et les appellations de nos produits. Oui, l’huile d’olive, le balsamique ont bien leurs pédigrées tout comme l’incontournable burrata mais nous ne nous interdisons pas d’en changer au gré des saisons ou des inévitables aléas de qualité. Nous restons attentifs et nous prenons le temps de faire nos choix comme pour la farine de cette pâte qui repose 48h et dont nous veillons à ce que les pizzas qu’elle pousse aient la même régularité de forme et de goût dans les mains expertes de notre pizzaiolo forcément napolitain. Réalisées sous les yeux de chacun pour la beauté du geste et par souci d’honnêteté, elles côtoient, à la carte comme dans notre cuisine ouverte, celle toute en subtilité de Matteo.

Chez Anima, le produit ne se sert pas dans sa brutalité, il demande, comme pour tout le reste, de l’attention et une certaine passion . Ainsi, une burrata se déguste mieux avec ses poivrons lentement rôtis, le cavolo farcito avec la surprise de l’anchois marié au bœuf, le tiramisu selon la recette traditionnelle piémontaise d’une génoise cacao et d’un sabayon café pour changer. Cela fait partie de nos marottes, comme celle de proposer des pâtes fraiches uniquement le dimanche comme là-bas, de verser quelques gouttes de fleur d’oranger dans un savon exclusif signé Officine Universelle Buly 1803 ou d’ouvrir 7 jours sur 7 par exemple.

Anima se veut une inspiration renouvelée, un souffle venu d’Italie au goût très affirmé et à l’esprit « comme chez soi ».

Marco Marzilli & David Lanher, amis et restaurateurs

 

adresse

78 rue du Cherche-Midi
Paris 6

horaires

Ouvert tous les jours
12h – 14h30 et 19h30 - 23h

Contact

01 40 47 90 41
contact@anima.com